Doc marge

Slow Slow Kinesis

- 24.05 — 17.06.2018

MARIE GRIESMAR, BRIGHAM BAKER
CURATION : SIMON WÜRSTEN MARÍN

VERNISSAGE
24.05.2018
18H00-22H00

 

[ENG]

What if art wasn’t only human? Imagine a world where creativity would no longer be a hallmark of humankind in comparison to other animals; where the shape of plants would appear like evidence of the existence of a form of vegetal intentionality; where the current of water and the course of the sun in the sky would correspond to a gestuality of nature. In that world, products of nature too would result from a formal intention and an esthetic gesture. They would become as many possible works of art.

In the projects commissioned on the occasion of their duo show at DOC, Marie Griesmar and Brigham Baker invite us to explore the faculty of nature to act as a formal, even discursive agency. All works presented form a landscape where individual narratives give way to a symbiotic universe. It corresponds to the speculative vision of a reality where nature’s movement and objects would be claiming its very existence. Brigham Baker’s glass sculptures filled with a colored liquid are in fact bee feeders. A thick syrup is slowly dripping through the tiny holes in the bottom part of the vessels. Like flowers, they are an invitation to the bees from the hive on the rooftop of DOC to take over the exhibition space and to collect the blue or red nectar. While working on a former project in 2015, Brigham Baker had discovered that part of the honeycombs from the hives he was working with had accidentally become blue from a dye the bees had been gathering. For SLOW SLOW KINESIS he takes this anecdote as a starting point and recreates the conditions of apparition of these “paintings” made by bees. Yet, in confronting the bees with a simple choice of colors, he prompts them at the same time to autonomously make a decision. The preference will become visible through the final coloration of the honeycombs and will thus reflect, not only bees’ way of perceiving and favoring certain dyes over others, but also their social organization, where collectivity systematically takes precedence over the intention and tastes of a single individual. For SLOW SLOW KINESIS, however, the result of this experiment remains concealed. Although the honeycombs are progressively being colored on the rooftop, it is only the creative process that is shown to the visitors. Here, it is the very delegation of the artistic agency to bees that becomes the artwork, while the result will only be displayed in a forthcoming show.

Just like in a scenography set up, the canvases by Marie Griesmar are floating in front of the windows and bathing the exhibition room in a subtle turquoise light. These are paintings inspired from footage of the bottom of the Seine, aiming to recreate sensorial experiences of this place both close and inaccessible to our eyes. For her project at DOC, Marie Griesmar took an interest in the Parisian river ecosystem and more precisely in the plants that are naturally appearing there but are systematically removed. During floods, seeds and plants are dragged by the river before settling on the shores where they start growing. However, the city of Paris prevents them from blooming by cleaning the riverbanks from all vegetation, but for a few discreet traces that remain visible in places that are hard to reach. And yet, beneath the surface, a wild world blossoms. It’s this invisible organic life that Marie Griesmar is making visible in SLOW SLOW KINESIS. The bottom of the pond in the exhibition room is covered with a canvas similar to the ones hanging in front of the windows. It matches the fluvial scenography of the show. In the water, limestone rocks typical of Parisian architecture are a mineral base for the landscape the artist is recreating in DOC. Some of the stones have been previously immersed in the Seine for several month and bear the traces of the underwater organic life. Algae from the Seine are progressively colonizing the water surface and lead us to picture a city where nature and vegetation would take part in the formal definition of the urban landscape. An ecosystem is slowly developing under our eyes while the elements that compose it interact without external constraint. In shifting our attention towards the symbiotic relationships that rule over this biotope’s life rather than the usual parasitic status of these plants, Marie Griesmar encourages us to look differently at this familiar environment and to question the scope of human influence over a landscape, as urban as it may be. Plants always end up reappearing on the shores of the Seine.

On both sides of the exhibition space, what seems to be a sun and a moon watch over the installation. They are works by Brigham Baker made out of awnings that are commonly found over balconies and terraces. These old shades are bleached by the sunlight against which they have protected for years. The circular shape the artist has given them underlines the iconographic relation to the sun. Acting as cosmic beings within the exhibition, the two large celestial bodies refer to the origin and condition of all earthly life and remind us of the systemic relationship that unites all beings.

This suggestive universe by Brigham Baker and Marie Griesmar is like suspended – both immersed and out of the water, garden and river bottom – and at the same time activated and gradually being shaped by the movement of its composing elements. It can appear like a sort of natural history museum diorama, for it is an apparatus that recreates, even simulates the outside world and its inhabitants. Yet, this ambiguous landscape is also immersive and alive. Far from being mere observers, the visitors in the exhibition are also actors – just as the bees, the sunlight filtered through the canvases or the algae. Not only do they exist in the space, they also constantly transform it. Although this celebration of nature’s creative power doesn’t formally exclude human beings, it challenges us to question our position within the system our species aims to dominate and exploit. In Marie Griesmar and Brigham Baker’s projects, natural elements are endowed with a form of consciousness, even an authority over the artworks. Natural properties appear suddenly as an integral part of the creative process. It is the slow, relentless power of nature that becomes apparent.

On the occasion of the exhibition, DOC publishes a zine by the artists in collaboration with Swiss graphic designer Guillaume Mojon.

Brigham Baker (*1989 in Nipomo (CA), US) is an American artist living and working between Zurich and Basel. After obtaining his Bachelor’s degree in Photography at the ZHdK in Zurich in 2015, he is currently following the Master’s program in Fine Arts at the Art Institute from the Academy of Art and Design in Basel. Recent solo and group shows include “On the Road. 10 Years of CARAVAN”, Aargauer Kunsthaus, 2018; “The Photographic”, Museum Folkwang, Essen, 2018; “Phaenomena Materiae”, Kunstverein Friedrichshafen, 2017; “Arresting Fragments of the

World”, Kunsthaus Langenthal, 2017; Galerie GMK, Zagreb, 2017; Les Urbaines, Lausanne, 2016.

Marie Griesmar (*1992 in Lausanne where she lives and works) studied at the HEAD in Geneva, the Academy of Fine Arts in Munich and the ZHdK in Zurich, shere she obtained her Master’s degree in Fine Arts in 2016. She recently exhibited at La Placette, Lausanne (“Hypersthésie des brumes”, 2018). Other shows include: “MATLAB”, Kunstraum Toni Areal, Zurich, 2017; “Tropical Interzone”, Tart Gallery, Zurich, 2015; KAUST, Jeddah, Saudi Arabia, where she was a fellow of the “artists-in-lab” residency program in 2016. Upcoming in 2018: solo show at Espace Libre, Biel/Bienne and residency Swissnex in San Francisco.

[FR]

Et si l’art n’était pas le fait de l’humanité seule ? Imaginez un monde où la créativité cesserait d’être considérée comme un signe distinctif des êtres humains par rapport aux autres animaux, où la forme des plantes serait vue comme la preuve de l’existence d’une intentionnalité chez les végétaux, où le courant de l’eau et la course du soleil dans le ciel correspondraient à une gestualité du cosmos. Dans ce monde, les objets issus de la nature découleraient eux aussi d’une intention formelle et d’un geste esthétique. Ils deviendraient alors tout autant d’œuvres d’art potentielles.

Dans les projets commissionnés à l’occasion de leur exposition duo à DOC, Marie Griesmar et Brigham Baker invitent à explorer la faculté de la nature à fonctionner comme un agent créateur de formes, de discours même. Ensemble, les œuvres présentées composent un paysage dans lequel les narrations individuelles laissent place à un univers symbiotique, vision spéculative d’une réalité où le mouvement de la nature et les objets qu’elle génère sémantiseraient sa propre existence. Au-delà de leur pure essence formelle, les sculptures en verre remplies d’un liquide coloré réalisées par Brigham Baker sont en réalité des mangeoires à abeilles. Le fond des récipients est percé de trous par lesquels un épais sirop s’écoule lentement. Telles des fleurs, elles sont une invitation faite aux abeilles de la ruche installée sur le toit de DOC à investir l’espace d’exposition et à y butiner le nectar rouge ou bleu qui leur est offert. Lors d’un projet réalisé en 2015, Brigham Baker avait découvert que certaines alvéoles des ruches avec lesquelles il travaillait avaient accidentellement été teintes avec un colorant que les abeilles avaient butiné. Pour SLOW SLOW KINESIS, il prend cette anecdote comme point de départ et recrée les conditions d’apparition de ces « peintures apicoles ». En confrontant les abeilles à un choix simple de couleurs à ramener à la ruche, il les incite de surcroit à affirmer une préférence de manière autonome. Rendu visible à travers la coloration de ces mosaïques colorées créées par les abeilles, le choix de couleur reflétera ainsi non seulement leur façon de percevoir et de privilégier certaines teintes, mais aussi leur organisation sociale, où la collectivité prend systématiquement le pas sur l’intention, les goûts d’un individu isolé. Pour l’exposition SLOW SLOW KINESIS, le résultat de cette expérience reste toutefois virtuel. Si les rayons de miel colorés sont bien en cours de développement, ils sont en revanche inaccessibles aux yeux des visiteurs à qui seul le processus de création est montré. C’est ici le geste artistique délégué aux abeilles qui est fait œuvre, alors que les mosaïques ne seront présentées qu’ultérieurement, à l’occasion d’une future exposition.

À la manière d’une intervention presque scénographique, les toiles présentées par Marie Griesmar flottent devant les fenêtres, baignant la salle d’exposition dans une subtile lumière vert-turquoise. Ce sont des peintures inspirées d’images prises au fond de la Seine et qui recréent des impressions sensorielles de ce lieu à la fois proche et inaccessible aux yeux. Pour son projet à DOC, Marie Griesmar s’est intéressée à l’écosystème fluvial parisien, et plus particulièrement aux spécimens végétaux qui, bien qu’ils s’y développent, sont empêchés de proliférer. Lors des crues de la Seine, des graines et plantes sont charriées et déposées sur les rives où elles commencent à pousser. La Ville nettoie cependant systématiquement les berges de ces présences végétales dont seules quelques traces restent discernables dans des lieux difficilement accessibles. Et pourtant, sous la surface, un autre monde prospère. C’est cette vie organique invisible aux yeux que Marie Griesmar explore pour SLOW SLOW KINESIS. Le fond du plan d’eau qui occupe le sol de l’espace d’exposition est une toile peinte selon le même principe que celles accrochées devant les fenêtres et complète la scénographie fluviale qui imprègne l’exposition. Dans l’eau, des pierres calcaires caractéristiques de l’architecture parisienne servent de base minérale au paysage qu’elle recrée dans le DOC. Certaines des pierres ont préalablement été immergées dans la Seine durant plusieurs mois et portent les traces de ce séjour, témoins de la présence organique et végétale dans l’eau du fleuve. Des algues de la Seine colonisent la surface de l’eau et laissent imaginer une ville où la nature et la végétation prendraient formellement part à la définition de l’espace urbain. C’est un écosystème qui se développe lentement sous nos yeux, les différents éléments qu’il comporte interagissant sans contrainte extérieure.

En attirant l’attention sur les relations symbiotiques qui régissent la vie du biotope plutôt que sur le statut parasitaire des plantes, Marie Griesmar invite à jeter un regard différent sur un environnement familier et à questionner l’étendue de l’influence humaine sur le paysage, aussi urbain soit-il. Les plantes finissent toujours par réapparaitre sur les rives de la Seine.

De part et d’autre de l’espace, ce qui semble être un soleil et une lune veillent sur l’installation. Ce sont des œuvres de Brigham Baker pour lesquelles il a récupéré des stores que l’on trouve communément sur les balcons et terrasses en Suisse. Ces toiles usées, décolorées par les rayons contre lesquels elles ont protégé durant des années, soulignent iconographiquement leur relation au soleil à travers la forme circulaire que l’artiste leur a donnée. Présences oniriques dans l’exposition, les deux grands astres évoquent l’origine et la condition de toute vie sur terre et rappellent surtout la relation systémique qui unit tous les êtres vivants entre eux.

Cet univers suggestif construit par Brigham Baker et Marie Griesmar dans l’espace d’exposition de DOC est un lieu en suspension – à la fois submergé et hors de l’eau, jardin et fond d’un fleuve – activé et peu à peu sculpté par l’action des organismes qui le composent. Comme dispositif recréant, simulant parfois le monde extérieur et ses occupants, il peut rappeler une sorte de diorama dans un musée d’histoire naturelle. Mais ce paysage ambigu est aussi immersif et vivant. Loin d’être des simples spectateurs, les visiteurs de SLOW SLOW KINESIS sont autant acteurs de ce scénario que les abeilles, la lumière du soleil filtrée par les toiles ou les algues qui y évoluent et en transforment constamment l’apparence. Si cette célébration de la force créatrice de la nature n’exclut pas formellement l’humain, elle l’invite en revanche à reconsidérer sa position au sein du système que notre espèce croit dominer et pouvoir exploiter. Dans leurs projets, Marie Griesmar et Brigham Baker dotent les éléments naturels d’une forme de conscience, et même d’une forme d’autorité inédite sur l’œuvre elle-même, qui apparaît soudain comme le résultat d’un processus créatif dont les propriétés de la nature sont partie intégrante. C’est la force lente mais inexorable de la nature qui se fait sentir.

À l’occasion de l’exposition, DOC publie un zine réalisé par les artistes en collaboration avec le graphiste suisse Guillaume Mojon.

Brigham Baker (*1989 à Nipomo (CA), US) est un artiste américain qui vit et travaille entre Zurich et Bâle. Après un Bachelor de photographie à la ZHdK de Zurich en 2015, il poursuit actuellement le programme de Master Fine Arts de l’Institut Kunst de la HGK de Bâle. Expositions solo et collectives récentes (sélection) : « On the Road. 10 Years of CARAVAN », Aargauer Kunsthaus, 2018 ; « The Photographic », Museum Folkwang, Essen, 2018 ; « Phaenomena Materiae », Kunstverein Friedrichshafen, 2017 ; « Arresting Fragments of the World », Kunsthaus Langenthal, 2017 ; Galerie GMK, Zagreb, 2017 ; Les Urbaines, Lausanne, 2016.

Marie Griesmar (*1992 à Lausanne où elle vit et travaille) a étudié à la Haute École d’Art et de Design de Genève, à l’Akademie der Bildenden K nste de Munich et à la ZHdK à Zurich où elle a obtenu son Master Fine Arts en 2016. Elle a récemment exposé à La Placette à Lausanne (« Hypersthésie des brumes », 2018). Autres expositions récentes :
« MATLAB », Kunstraum Toni Areal, Zurich, 2017 ; « Tropical Interzone », Tart Gallery, Zurich, 2015 ; KAUST, Jeddah (Arabie Saoudite) où elle a effectué une résidence « artists-in-lab » en 2016. À venir en 2018 : exposition à l’Espace Libre, Bienne et résidence Swissnex à San Francisco.

 

Thanks to: DOC, Miguel Avila, Emmanuelle Cabin Saint-Marcel, Cédric & équipe, Mathilde De Galbert & Félix Bourgeois, Espero, Pascale et Jean-François Falquerry, Arthur Fouray, Nicolas Fulconis, Gilles Jacot, Ibrahim Karout, Jean-Philip Lucas, La Maison de la Pierre du Sud de l’Oise, Guillaume Mojon, Lucas Morin & Guy Lifshitz, Le Parti Poétique, Alexis Tolmatchev, Emmanuel Vanaudenhov.

The exhibition was made possible thanks to the support of Pro Helvetia, Swiss Art Council, kulturelles.bl, the Cultural Department of the Canton de Vaud and the Ville de Lausanne.

 

DOC
26 Rue du Docteur Potain,
75019 Paris