Doc marge

MENTOR MENTEUR – Exposition de David Posth-Kohler

MENTOR MENTEUR
MENTEUR MENTOR
EXPOSITION DE DAVID POSTH-KOHLER
05-13.06.2021
VERNISSAGE
05.06.2021
14h-21h
C’est l’histoire d’un titre qui, déjà en lui, porte ses contradictions, ou peut-être, son complément, comme si la boucle s’était bouclée.
Comme si les extrémités s’étaient rejointes. La rencontre de deux choses que tout oppose mais que rien ne sépare.
L’un complément de l’autre. Partir d’un point et marcher, tout droit, pour finalement faire un tour complet et revenir exactement au même endroit.
Comme si en voulant traverser l’infini, on avait simplement réussi à revenir à notre point de départ.
Ce serait une révolution. Sauf ici.
Ici. C’est une exposition de marionnettes, de chimères, de golems, des sortes de pantins de plusieurs tailles et pas forcément entiers, aux situations plus ou moins claires et incongrues, mais souvent inspirées de tableaux comme Le Caravage ou Matisse ou des spectacles de danse de Olivier Dubois ou de Gisèle Vienne. Peut-être le tout mélangé au mythe de Narcisse et nous obtiendrions la dissection d’un monde joué par des sculptures aux caractères anthropomorphes dans une salle plongée dans la pénombre et recouverte d’une tente pour rendre l’espace encore plus clos et hermétique à la manière d’une scène et de ses règles.
Comme pour parler de choses en contradictions. Comme un contraste entre le plein et le vide. La présence et l’absence. L’amour et la mort. Un travail de mise en scène de plusieurs tableaux qui n’en forment qu’un.
Un oscillement entre les mondes, du beau et de l’étrange, de l’inquiétant et du sage.
Philosophie personnelle d’un travail comme une sonde, plongée dans les corps de notre société.
La sculpture à travers mes histoires cherche à trouver un sens, une âme, dans son intérêt d’être et d’exister, comme si je devais pouvoir habiter ou animer les formes dans lesquelles j’avance comme sur un bateau. Cette exposition sera donc une plongée dans l’image figée d’une caverne où des idées y sont décrites comme les ombres d’une réalité interprétée.
Entre miniatures et géants, descendez sur la scène d’un espace de terre cuite et de tissu mou, de lumière crue et de sons saouls, rythmée de gouttes à gouttes saumâtres et de gongs doudous.
David Posth-Kohler
Compétences

Posté le

27 mai 2021