Doc marge

Penser dans les cordes.
A boxing philosophy

- 26.11.2016

Aujourd’hui la proximité entre pugilistes et amants de la sagesse paraît oubliée mais à l’origine la philosophie se pratiquait non loin du gymnase. Boxe et philosophie vont ici, d’une autre manière, se croiser. Mais que peuvent bien avoir à échanger les deux disciplines ? Des coups. En effet, le direct, le crochet ou l’uppercut du boxeur par exemple, ne sont pas sans rapport avec certaines figures conceptuelles. Mais aussi des mouvements d’esquive ou de feinte où il s’agit moins de toucher l’adversaire que d’anticiper ses gestes, voire de l’amener à de fatales résolutions (comme celles qui finirent par avoir raison de la pugnacité de George Foreman ou Marvin Hagler).

Qu’est-ce que la boxe nous donne à penser ? Ou plutôt quels gestes de pensée la boxe nous invite-t-elle à exécuter ? Et inversement, comment la philosophie éclaire-t-elle ce qui se joue dans les cordes ? On a dit de la sociologie qu’elle était « un sport de combat », voyons à présent dans quelle mesure la philosophie déplacée de ses lieux habituels pour monter sur le ring peut au-delà de la métaphore incarner un noble art de la confrontation au réel, à partir d’une expérience située entre « quatre boules de cuir ». Sur un ring spécialement conçu, en partenariat avec les boxeurs du gymnase Jean Jaurès,  nous pourrons enchaîner les uppercuts théoriques et les parades métaphysiques mais au plus près des conditions physiques et stylistiques de la boxe.

Conçu et proposé par Bastien Gallet et David Zerbib, philosophes.
En collaboration avec Thierry et Jacques Chiche et le gymnase Jean Jaurès, sur un ring conçu par les étudiants de l’ESA.